lire tous nos spams

Plumbing

glisser sur du satin ou buter sur une ventouse



Cronenberg says: I am real, this is real, the world is real, and nobody laughs.



              frontière entre réel et virtuel       mot-image

                       contexte réel et virtuel       mot-matière

                               lieu réel et virtuel       mot-sonorité

                                   [appropriation]       mot-événement



Partir de la bouche-anus, croiser Bella, buter sur une ventouse, swizzz, whooff, chtong, aïe !

26.02.2015, quatre artistes pour une proposition.

L'homme vit dans un monde à gravité forte qui le maintient au sol et lui donne de l'environnement une vision bidimensionnelle. De cet espace en deux dimensions, découlent une architecture de pensée spécifique, des contraintes, une réalité.

L'être humain peut être vu comme une ligne, avec à une extrémité, une tête et à l'autre, des pieds attachés au sol. La gravité, comme l'opposition entre nos pieds et notre tête, donne une directions à notre univers.

Soit nous montons, soit nous descendons,

Soit nous avançons, soit nous reculons,

Il n'y a pas d'entre deux, pas de troisième position.

Pas d'autre position. Mais pour qui a notre âge et notre géographie, l'alternative est virtuelle. Elle promet de tenter d'oublier que le haut est l'opposé du bas et que la droite comme la gauche n'ont pas à intervenir dans cette relation. Le virtuel comme l'intuition d'une vision globale, intensive, constituée d'un espace infini et infiniment ouvert ; liberté 2.0, après l'échec de Steve Jobs, des hippies et du LSD.

... mi sceptique, mi stoïque, il se prit à imaginer comment utiliser cette réalité obligatoire/facultative à son avantage.



>>> Le terme réalité désigne ce qui est perçu comme concret, par opposition à ce qui est imaginé, rêvé ou fictif. Le virtuel est lié à un état potentiel susceptible d'actualisation... ou à l'univers de l'ordinateur, c'est selon. <<<



Casques de réalité virtuelle, second life, avatars, interconnexion généralisées, aujourd'hui, réel et virtuels ne sont peut-être plus ces deux mondes aussi hermétiquement séparés qui ont jusqu'ici accompagné nos sociétés occidentales. Entre nouvelles technologies, nouvelles conceptions de la réalité et nouveaux discours, la limite se brouille, la frontière devient floue. Pour la génération Y, le monde est en partie virtuel. C'est un fait acquis, intégré et digéré ; le virtuel fait partie du réel.

La proposition de Yoan Mudry regroupe des pièces qui tendent à ces interrogations. Mais pas de câbles USB ici, pas de code, pas de pixels. Une seule 3D traitée comme une vidéo. C'est que la question ne cherche pas à être illustrée. Les artistes ne tentent pas de révéler une réalité mais au contraire en proposent une profonde appropriation. Chacun mettant en place une virtualité différente, personnelle, aussi liée à une tradition esthétique qu'à un univers contemporain.



                               >>> Ce soir sur nos écrans <<<



Kelley                                      VS / LOVE                        Berkeley

[L'art doit s'occuper du réel tout                      [la réalité n’existerait qu’à travers

en mettant en question toutes les                   nos images mentales. Ces images ne

conceptions du réel. Il transfo-                        sont pas uniquement les représentations

rme toujours la réalité en façade,                     d'une réalité matérielle, mais bien la

en représentation, et en une                           réalité elle-même.]

construction. Mais il pose la ques-

tion du pourquoi de cette construction.]



                               >>> Special guest Cronenberg <<<



... il se retourne et regarde la proposition. Entre séduction bizarre et porno chic, il se dit que le côté organique est bel et bien le pendant réel du virtuel.

exposition avec ceel mogami de haas, andréas hochuli, yoan mudry, hannah weinberger @ nicolas krupp gallery, 2015